AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionweborama

Partagez | 
 

 L'ivresse du flacon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cewamale
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 6560
Age : 56
Localisation: carte des membres : Jarnac (16)
Collectionneur de: : Bouteilles de Cognac en Porcelaine

MessageSujet: L'ivresse du flacon   Sam 25 Aoû - 8:28

    La cote des flacons de parfum ne cesse de grimper. Le marché, récent, s'internationalise. Si certains modèles atteignent des prix faramineux, d'autres s'avèrent accessibles. Pour l'instant.

    Il y a le flacon à parfum, sorte de fiole en albâtre ou en terre cuite connue depuis les Grecs destinée à recevoir une essence parfumée, et le flacon de parfum, dont les premiers modèles datent de la fin du XIXème siècle, enfermant hermétiquement la création d'un artisan parfumeur. Le marché ne s'attarde que sur ce dernier, et ce, depuis une vingtaine d'années seulement, quand en 1986, le comte Bruno d'Arcourt a mis aux enchères à Drouot sa collection, créant ainsi la première cote officielle de ces flacons plus ou moins anciens.



    Jusque là vendu dans une petite bouteille pharmaceutique en verre standardisé, le parfum, pour se faire connaître, est devenu l'objet d'attention de maîtres verriers, Lalique, Baccarat, Viard, qui ont dessiné pour les maisons de luxe, des contenants personnalisés, aux formes souvent très particulières. En 1853, pour célébrer le mariage de Napoléon III, Guerlain offre à la mariée une "Eau Impériale" dans un flacon décoré d'abeilles en relief et de l'aigle napoléonien; en 1889, la même maison lance un premier "jus" moderne à base de mélanges "pyramidaux", baptisé "Jicky" présenté dans un flacon en cristal facilement reconnaissable.

    Jusqu'aux années 1960, le parfum reste un produit de luxe, cher, à diffusion limitée, mais chaque créateur entend se distinguer par une présentation plus ou moins raffinée. De plus, les grandes marques - on comptait jusqu'à 300 parfumeurs avant guerre - trouvent là l'occasion d'afficher leur présence et leur dynamisme commercial. Ce sont ces flacons et leurs emballages qui sont les plus recherchés, tout comme certains parfums plus tardifs, mais diffusés en série limitée (créations commémoratives, tirages numérotés, flacons géants ou... ratés comme "C'est la vie" de Christian Lacroix rapidement retiré de la vente, objet de collection apprécié).



    SAVOIR: Les flacons se collectionnent par marque, époque, créateur, thème, taille, couleur, etc... mais si possible avec son coffret, son jus d'origine (même quelques gouttes), le papier de soie qui l'entoure, et surtout son bouchon, essentiel pour déterminer une cote. Pour savoir s'il est authentique, il faut comparer le numéro inscrit sous le flacon et sur la douille du bouchon: lorsque deux numéros ne coïncident pas, les experts parlent de "faux mariage" et tablent sur une décote de 15 à 40%. Un parfum dans sa boite d'origine et encore scellé est, à l'inverse, surcoté d'autant.

    ACHETER: Le marché s'internationalise, avec de plus en plus de collectionneurs japonais et américains, qui font rapidement grimper les prix pour les plus belles - et rares - pièces. Parmi les records, on peut citer les 52.600 euros adjugés pour un flacon "Hortensia" en forme de fleur bleue satinée surmontée d'un bouchon représentant une abeille noire réalisé en 1913 par le verrier Lucien Gaillard pour le parfumeur Clamy, les 58.446 euros obtenus pour un flacon en forme allongée de ballon créé par Pochet & Du Courval pour le Prince de Galles vers 1875 ou les 70.000 euros atteints par un "Moulin Rouge" du sculpteur Louis Chalon pour Viville en 1920.

    Les modèles moins rares, mais très recherchés ("Rose d'Orsay" de Lalique, "Baiser du faune" de Molinard, "Crèpe de Chine" de Millot ou "Ouvrez moi" de Lubin) naviguent aux alentours de 3.000 euros quand les flacons plus courants ("Air du Temps" de Nina Ricci, "Miss Dior" de Christian Dior ou "My Sin" de Jeanne Lanvin, voire "Jonquille" de Daum, pourtant édité en 2002) peuvent dépasser les 1.000 euros. Les flacons les plus usuels se négocient à partir de quelques dizaines d'euros.

    Avec le développement du marché, les ventes se multiplient (une dizaine de vacations sont ainsi dédiées chaque année à Drouot) et les prix ont tendance à grimper. C'est peut être encore l'occasion de se constituer une collection.


    Source: latribune.fr

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cewamale.free.fr/cognac
sportbleu
####
####
avatar

Nombre de messages : 3521
Age : 68
Localisation: carte des membres : FRESSE en Haute Saône
Collectionneur de: : jouet ancien,moines,bocks,gravures,armes anciennes de poudre noir,livres

MessageSujet: Re: L'ivresse du flacon   Sam 25 Aoû - 20:53

merci chef pour ses news ,je ne connaissait pas du tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'ivresse du flacon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» IVRESSE OPHIDIENNE par Nolan
» Nature Morte au flacon
» Flacon de gel douche astérix 1992
» flacon de tisane
» Proverbe: Ivresse(TAO ZUI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collector :: Le coin de table :: Le saviez-vous ?-
Sauter vers: