AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionweborama

Partagez | 
 

 Les faussaires battus par la lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cewamale
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 6560
Age : 56
Localisation: carte des membres : Jarnac (16)
Collectionneur de: : Bouteilles de Cognac en Porcelaine

MessageSujet: Les faussaires battus par la lumière   Jeu 8 Mar - 22:07

      Comment être certain que les vases exposés dans les plus grands musées datent bien de l'Antiquité ? Après tout, les copies récentes circulent sans cesse. La thermoluminescence permet de faire la part du vrai et du faux.


    A priori s'ils sont exposés dans un musée, c'est qu'ils sont anciens… Oui mais pour les plus sceptiques d'entre nous, faisons le point sur la manière d'authentifier les objets archéologiques en céramique et en terre cuite. Car l'enjeu est important. Aujourd'hui quand le doute plane au-dessus d'une œuvre, un musée, avant de l'acquérir, procède à une analyse de thermoluminescence pour ne pas se laisser berner par les faussaires (même anciens). L'Antiquité adulée et la Renaissance ont inspiré de grands artistes et il n'est pas rare de se retrouver face à une céramique d'apparence grecque qui, en fait, est une copie d'un artiste du XVIe siècle.



    Comment savoir si ces objets sont réellement anciens
    et non pas les œuvres de faussaires ?
    Photo © L'Internaute


      Une méthode lumineuse


    La méthode de la thermoluminescence a pour but de donner la date à laquelle la céramique ou la terre cuite, a été chauffée pour la dernière fois. Plus simplement, l'ultime chauffe avant le résultat final est donc censée dater l'objet.

    Une céramique est une pâte composée de terre argileuse et de dégraissant comme du sable, de la paille etc. La pâte cuite est donc composée de certains minéraux qui enregistrent la radioactivité naturelle jusqu'au jour de leur analyse. On prélève une petite partie de la matière et on la broie pour obtenir une poudre. Malheureusement, cette méthode est légèrement destructive. Ensuite on chauffe la poudre. Pendant cette nouvelle cuisson, le phénomène physique se produit : les cristaux qui ont emmagasiné la radioactivité par le passé vont totalement la libérer, ce qui se traduit par une émission de lumière. La quantité de lumière émise est alors proportionnelle à l'âge de l'objet.



    La radioactivité piégée pendant des années par les cristaux composant la céramique est libérée
    au cours d'une chauffe, et émet un signal lumineux.
    Photo © DR


      Des contraintes et des limites


    Une condition primordiale pour que la méthode soit applicable est que l'œuvre analysée doit avoir été soumise à une irradiation naturelle, sinon les cristaux ne pourront pas libérer cette irradiation sous la forme d'un signal lumineux. Il faut aussi, pour bien dater, connaître la radioactivité naturelle du milieu où l'objet a été conservé pendant toutes ces années. Par exemple, si un vase a été retrouvé sur un site archéologique, on peut définir la radioactivité naturelle du site. Car l'âge donné par la thermoluminescence équivaut à la dose de radioactivité totale (mesurée pendant la chauffe) divisée par la dose annuelle. Si l'on a une dose totale de 600 et que la dose annuelle est de 200, alors l'objet n'a que 300 ans.

    Mais attention la méthode a ses limites. Elle couvre une période chronologique allant de 100 à 700 000 ans, ni plus ni moins pour l'instant. Pour qu'elle soit applicable, il faut bien entendu que la céramique contienne des cristaux sensibles aux irradiations comme du quartz, des feldspaths etc. Ces mêmes cristaux ne doivent pas non plus être saturés en énergie c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pas avoir été soumis trop longtemps à une irradiation, donc ils ne peuvent pas être trop anciens.

    Comme la thermoluminescence date la dernière chauffe de l'objet, il vaut mieux bien connaître son histoire et éviter de dater un incendie postérieur ou même une restauration récente qui a utilisé la chauffe.

    Mais quand elle est applicable, et elle l'est dans la majorité des cas, c'est un outil précieux pour l'authentification des œuvres d'art. Si elle est à l'origine de nombreux scandales, car des musées achètent parfois sans le savoir des faux pour des fortunes, elle est aussi de plus en plus utilisée pour la datation d'objets et de sites archéologiques ainsi que celle des phénomènes géologiques.


Source linternaute.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cewamale.free.fr/cognac
Gibbs
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 2350
Age : 56
Localisation: carte des membres : Amiens
Collectionneur de: : Philatelie

MessageSujet: Re: Les faussaires battus par la lumière   Ven 9 Mar - 9:00

merci poue toutes les infos chef

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les faussaires battus par la lumière   Ven 9 Mar - 18:26

On arrette pas le progrès

amicalement

véro
Revenir en haut Aller en bas
Tounet
####
####
avatar

Nombre de messages : 2951
Age : 70
Localisation: carte des membres : Vendée
Collectionneur de: : L'Humour

MessageSujet: Re: Les faussaires battus par la lumière   Ven 9 Mar - 19:43

Merci chef
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les faussaires battus par la lumière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les faussaires battus par la lumière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Collector :: Collectroc :: Infos - News-
Sauter vers: